Mes formations "Sécurisez votre avenir" et "La compta c'est facile" sont en ligne ! Cliquez ici et ici pour en savoir plus.

mardi 12 mai 2020

Télésoin prolongé

La téléorthophonie allait jusqu'au 11 mai, elle a été prolongée le 12. Tout est raccord.

La FNO dit que c'est grâce à elle :
https://fno.fr/actualites/cadre-legislatif/officiel-prolongation-du-telesoin/

Le texte ne concerne pas que l'orthophonie, cependant. Il est ici :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=B40DD1C2146C028B8E575525661AEC3E.tplgfr34s_1?cidTexte=JORFTEXT000041865544&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000041865241

Comme vous le voyez, c'est juste une modification de l'arrêté du 23 mars qui concernait plusieurs professions :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=B40DD1C2146C028B8E575525661AEC3E.tplgfr34s_1?idArticle=LEGIARTI000041866968&cidTexte=JORFTEXT000041746744&categorieLien=id&dateTexte=

Le plus important est la disparition de la partie IX de l'article 8, qui stoppait le télésoin le 11 mai. Le fait que la FNO ait obtenu ça pour plusieurs professions est une jolie performance ;-)


Maintenant, il n'y a plus de date limite.
 
Bon, pour moi, c'est trop tard, comme je vous l'annonçais. Samedi, j'en ai eu marre d'attendre et de laisser mes patients mariner. Alors depuis hier, je vis sous un masque et une visière selon les moments. Et une solution hydro-alcoolique :


Euh...



A la bonne vôtre !


NB : Cet article est issu d'un email que j'ai envoyé aux collègues abonnés. Je l'ai copié ici pour que vous puissiez retrouver facilement les références des textes. Mes emails regroupent l'actu orthophonique du moment, pour contrer l'anarchie et l'amnésie des réseaux sociaux. Si vous ne voulez pas passer à côté des prochains emails, il vous suffit d'entrer votre adresse email ici :

dimanche 3 mai 2020

Crise du Covid-19 : la nouvelle aide de la sécu



Une bonne nouvelle nous tombe du ciel. Je ne pouvais pas attendre la semaine prochaine sans vous en parler !

La sécu vous a sûrement averti(e) : nous avons droit à une nouvelle aide.

Il y a eu les IJ de 72 € par jour, qui ont surtout concerné ceux qui devaient garder leurs enfants.

Il y a eu les 1500 €, qui excluaient :
  • ceux qui avaient plus de 50 % en mars 2020 par rapport à mars 2019
  • ceux qui ont les plus gros bénéfices.
Le nouveau dispositif est une aide de la sécu elle-même. Elle a été négociée entre les caisses et les syndicats des professions médicales et paramédicales conventionnées.

L'idée est de nous payer nos dépenses pro pendant cette période sinistre : les charges du cabinet et les cotisations sociales. C'est d'ailleurs amusant : la sécu nous donne de l'argent pour payer la CSG qui finance... la sécu ! En passant : je suppose que cette aide sera elle-même imposable et soumise à l'URSSAF et autre CARPIMKO, comme toutes les primes de la sécu. A vérifier.

Les hauts revenus sont enfin inclus. C'est suffisamment rare pour être signalé ! Après l'effort, le réconfort.


En revanche, les caisses vont déduire les éventuelles aides déjà reçues.

Autrement dit : ce nouveau dispositif concerne surtout ceux qui n'ont eu droit à rien depuis la mi-mars et qui n'ont pas opté pour le télésoin.

J'ai rempli la déclaration sur Ameli Pro avec bonheur : honoraires de 2019, aides reçues depuis le confinement, revenus pro liés à cette période. Ces cases montrent qu'ils ont décidé de lisser le revenu 2019 (divisé par 12 pour connaître un mois moyen), au lieu de comparer mois par mois. Ils vont ensuite appliquer un taux de charges collectif (donc pas exactement le vôtre) pour calculer l'aide. Un acompte suivra ce mois-ci.

Bref, jeudi soir, c'était Noël ! Je ne m'attendais absolument pas à ça au début du confinement.
Eric a partagé un tuto de remplissage de la déclaration sur le groupe des Clés de la Réussite :
https://www.facebook.com/groups/184304421592158/permalink/3038306456191926/

Surtout, ne passez pas à côté de cette déclaration : nous cotisons suffisamment en temps normal pour ne pas refuser le cadeau que les caisses nous font. Vous pouvez néanmoins attendre quelques jours, comme le conseille la FNO. Elle attend quelques précisions. Peut-être pour inclure les revenus issus des centres (IME, CMPP, SESSAD, etc.) ?

PS : Cet article est issu d'un email que j'ai envoyé le 1er mai aux 2200 collègues abonnés. Mes emails regroupent l'actu orthophonique du moment, pour contrer l'anarchie de Facebook. Si vous ne voulez pas passer à côté des prochains emails, il vous suffit d'entrer votre adresse email ici :


lundi 24 février 2020

[Vidéo] Réforme des retraites : faisons le point


Si vous avez suivi de loin l'histoire des retraites, je vous ai fait un petit résumé vidéo pour tout comprendre en quelques minutes. 
Je pars de la situation actuelle pour expliquer ce qui va changer : les gagnants, les perdants, le risque lié à la baisse de la CSG, enfin tout ce dont nous parlons depuis plus d'un an. Désolé pour la tête que je fais au début, le vent m'envoyait le crachin normand dans la figure ;-)


jeudi 13 février 2020

[TUTO VIDEO] Comment ventiler l'URSSAF

L'an dernier, à la même époque, j'ai publié un article sur la ventilation des cotisations URSSAF dans les bonnes lignes de la comptabilité. Et dans les bonne cases de la 2035, du coup. C'était ici :

https://orthogestion.blogspot.com/2019/02/comment-ventiler-lurssaf-cadeau-un.html

Aujourd'hui, je vous propose un tuto vidéo sur le même thème :



mardi 11 février 2020

PER : une prévoyance qui s'ignore


Comme je l'ai annoncé récemment sur le groupe Facebook des Clés de la Réussite, je suis en train de préparer une troisième formation en ligne. Elle sera consacrée au Plan Epargne Retraite (PER), le nouveau dispositif qui remplace le PERP et les contrats d'épargne retraite en loi Madelin.

J'ai déjà parlé du PER dans cet article, en novembre :


En préparant les différents modules de la formation, j'ai accumulé beaucoup d'informations que je tente de traduire en français courant. Et parmi ces infos, il y en a une qui ne concerne pas la retraite, mais la prévoyance.

Vous avez peut-être un contrat de prévoyance Madelin, qui vous couvre mieux que la CARPIMKO contre les aléas de la vie. Et notamment contre notre délai de carence sidérant de 90 jours. 

J'ai aussi été client de ce genre de contrat, avant d'y renoncer à cause des augmentations qui n'avaient aucun rapport avec celles de l'AMO. J'ai expliqué dans un article (voir ici) comment on peut se débrouiller pour se passer d'une prévoyance sans se mettre à vivre aussi dangereusement que Mike Horn.



 
Il y a un autre problème avec la prévoyance Madelin.

Bien sûr, vos cotisations sont déductibles. Mais en contrepartie, si un jour vous avez un pépin et que vous percevez des indemnités ou des pensions, elles seront soumises à l'impôt sur le revenu, en plus des prélèvements sociaux. A la limite, on peut se dire que c'est un bon plan : on a plus de chances de payer un contrat de prévoyance que d'en avoir besoin ; donc il vaut mieux déduire la cotisation, quitte à être fiscalisé sur les indemnités et les pensions.

Mais avec le PER, on peut avoir un double effet Kiss Cool !

Et ça je viens seulement de m'en rendre compte en préparant la formation. Je me suis dit qu'il fallait que je vous en fasse part, parce que c'est vraiment un bon plan.

Comme vous le savez, on peut déduire les cotisations au PER, comme celles de la prévoyance ou celles d'une complémentaire santé en loi Madelin. Par exemple, si vous mettez 1000 € dans votre PER et que vous êtes dans la tranche marginale à 30%, votre impôt sur le revenu baisse de 300 €. Et si vous avez choisi de déduire vos apports, vous paierez de l'impôt sur la rente et sur le capital quand vous partirez en retraite. Même chose si vous décidez de sortir votre capital avant la retraite pour acheter votre résidence principale.

Jusque là, tout est normal.

Mais si un événement malheureux vous incite à sortir votre capital avant la retraite, l'Etat vous aidera : il vous exonèrera d'impôt ! Vous devrez juste payer 17,2 % de prélèvements sociaux sur vos plus-values.



L’article 224-4 du Code monétaire et financier prévoit les cas suivants pour une sortie défiscalisée avant l'âge légal de la retraite (62 ans actuellement) :
  • Le décès du conjoint du titulaire ou de son partenaire lié par un pacte civil de solidarité ;
  • L’invalidité du titulaire, de ses enfants, de son conjoint ou de son partenaire lié par un pacte civil de solidarité ;
  • La situation de surendettement du titulaire ;
  • L’expiration des droits à l’assurance chômage du titulaire (licenciement seulement) ;
  • Le non renouvellement de mandat social et l’absence de contrat de travail et de mandat social depuis deux ans au moins ;
  • La cessation d’activité non salariée du titulaire à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire, ou toute situation justifiant ce retrait ou ce rachat selon le président du tribunal de commerce auprès duquel est instituée une procédure de conciliation qui en effectue la demande avec l’accord du titulaire. 
L'arrêt n°575 du 18/04/2019 de la Cour de cassation stipule bien que cette largesse de Bercy concerne l’ensemble des contrats d’assurance de groupe en cas de vie dont les prestations sont liées à la cessation d’activité professionnelle, y compris le PER.

Donc vous voyez, c'est vraiment pour les gros coups durs. Mais pour les petits pépins, nous pouvons nous auto-assurer sans problème en accumulant suffisamment de réserves sur un Livret A et/ou sur le fonds en euros d'une assurance vie à 0 % de frais d'entrée.

Dans ces conditions, on peut finalement considérer le PER comme un contrat hybride :
  • prévoyance défiscalisée à l'entrée ET à la sortie en cas de gros souci avant la retraite ;
  • épargne retraite défiscalisée à l'entrée OU à la sortie.
Voilà un argument non négligeable en faveur de cette enveloppe fiscale, qu'il faut vraiment regarder de près pour savoir si elle nous convient.

Source :
https://www.eres-group.com/fiches-pratiques/le-per-une-superbe-prevoyance-mais-avant-la-retraite/