Mes formations "Sécurisez votre avenir" et "La compta c'est facile" sont en ligne ! Cliquez ici et ici pour en savoir plus.

mardi 28 mai 2019

Contrat incitatif : faisons le bilan



Aujourd'hui, je vais vous raconter une histoire. L'histoire des cinq plus belles années de ma carrière. Et pas seulement la mienne.

Si comme moi vous travaillez dans un paradis méconnu une zone très sous-dotée, vous avez probablement signé le contrat incitatif en 2013. Vous vous engagiez à rester là où vous étiez. En contrepartie, vous ne payiez plus de cotisation aux allocations familiales. Et si vous arriviez dans la zone, vous aviez droit à une sympathique prime supplémentaire, en cadeau de bienvenue.

La FNO avait même obtenu une augmentation de l'AMO, par la même occasion. C'était vraiment le bon temps : à présent, elle est contrainte de nous expliquer que toutes les lettres-clés des paramédicaux sont gelées, quand la consultation des généralistes prend 9 %.

Quel était l'intérêt de ce contrat ?

Le contrat incitatif était une sacrée aubaine, même si vous n'aviez pas droit aux primes d'installation : à l'époque, la cotisation aux allocations familiales vous prenait 5,4 % de vos revenus !

Si votre bénéfice était de 30 000 €, vous récupériez 1620 € par an.
Si votre bénéfice était de 60 000 €, vous récupériez 3240 €.
Et ainsi de suite...

Bien évidemment, vous reperdiez une partie en impôt sur le revenu, en CARPIMKO et en CSG. Mais il ne fallait pas bouder son plaisir : c'était une heureuse surprise pour ceux qui avaient la chance d'être dans les bonnes zones.

Les bonnes surprises, ça arrive parfois.



A l'époque, nous avions une perspective de trois ans. Finalement, deux ans ont été ajoutés. Puis la FNO a signé l'avenant 16, qui a fortement remanié le contrat incitatif.

Nous avons donc eu cinq ans de bonheur. Mais la France aime tripatouiller ses prélèvement obligatoires en permanence. Alors il s'en est passé, des choses, en cinq ans :
  • passage du taux des allocations familiales de 5,4 à 5,25 %
  • passage du même taux à 2,1 % pour les bas revenus uniquement
  • disparition de ces 2,1 %, compensés par +1,7% de CSG (dont l'assiette est plus large) ; dans le même temps, les revenus plus hauts passaient de 5,25 à 3,15 %
  • année blanche en 2018.
Comme vous le voyez, l'intérêt du contrat incitatif de 2013 a complètement fondu au fil des années, pour finalement disparaître.

A présent, les nouvelles aides au maintien de l'avenant 16 accordent une prime annuelle de 1500 €, versée par la CPAM. Il n'y a plus d'aide sur les allocations familiales, puisque beaucoup de gens ne les paient plus. Quant aux aides à l'installation, elles sont beaucoup plus intéressantes que dans l'ancienne formule (tous les détails sont dans mon guide d'installation 2019).

Concrètement, quel est le bilan ?

Je viens de faire les comptes, voici ce que j'ai gagné en cinq ans de contrat incitatif :
  • 2013 : 1309 €
  • 2014 : 3440 €
  • 2015 : 3464 €
  • 2016 : 3081 €
  • 2017 : 3343 €
  • 2019 : 1000 €
  • TOTAL : 15 637 €, soit environ deux Dacia Sandero !



Vous remarquerez que rien ne s'est passé en 2018. Explication : la cotisation aux allocations familiales a été supprimée pour les bas revenus le 1er janvier 2018. Les caisses ont décidé de verser une prime de 1000 € pour solde de tout compte.

Mais pour que ce soit drôle, elles ne l'ont pas versée pendant l'année blanche (rappelons que les revenus 2018 non exceptionnels sont exonérés d'impôt)  : elles le font en ce moment !

Elles ont donc remplacé un avantage non imposable en une prime dont la moitié repartira en impôts et en charges sociales ! Je n'ai vu personne s'en offusquer en haut lieu.

Mais bon. Ne boudons pas notre plaisir. Deux Sandero, ça ne se refuse pas, même s'il y en a une qui revient à la France.


Reste que pour beaucoup d'entre nous, c'est fini, d'après ce que je vois sur les réseaux sociaux orthophoniques : dans bien des endroits, les zones très sous-dotées de 2012 ne le sont plus en 2019. C'est notre cas ici. Notre paradis méconnu est devenu une zone intermédiaire. Nous n'avons jamais eu autant de difficulté à absorber la demande de soins, mais là n'est pas la question, étonnamment.

Petite digression en guise de conclusion :

Alors oui, c'est vrai : chez nous, il n'y a plus de contrat incitatif. Cela dit, si la dernière vidéo de ma chaîne YouTube vous donne la moindre envie de rejoindre notre sympathique cabinet, n'hésitez pas une seconde, CONTACTEZ-MOI !

Ici, si vous avez un patient absent, vous avez le temps d'aller voir la mer et de revenir à temps pour le suivant !