Mes formations "Sécurisez votre avenir" et "La compta c'est facile" sont en ligne ! Cliquez ici et ici pour en savoir plus.

mardi 12 novembre 2019

Faut-il souscrire un PER ?



Jusqu'au 1er octobre 2019, l’épargne retraite déductible des impôts, c’était pour nous le contrat de retraite Madelin (déductible dans la déclaration 2035) et le PERP (plan d'épargne retraite populaire, déductible dans la 2042). Je vous ai décrit ces dispositifs ici et ici.

Les plafonds de ces deux dispositifs étaient un peu différents, les modes de sortie aussi : sortie à 100% en rente imposable en Madelin, alors qu'il était possible de retirer 20% en capital pour le PERP lors du départ en retraite. Mais en gros, le principe, c’était qu’on déduisait ses versements pendant sa carrière, et qu’au moment de la retraite on avait une rente viagère imposable.

Quoi de neuf ?



Depuis le 1er octobre 2019, la loi Pacte de Bruno Le Maire a instauré un troisième larron, qui va remplacer les deux premiers : le PER (plan d'épargne retraite). On peut encore ouvrir un contrat Madelin ou un PERP jusqu’au 1er octobre 2020. Ensuite il ne restera que le PER. La loi a créé deux types de PER pour les entreprises, et un pour nous, les travailleurs indépendants : le PER individuel. On voit déjà apparaître les sigles "PERIN" et "PERI".

Ca sert à quoi ?
L'objectif du PER reste inchangé : épargner pour se constituer un complément de retraite, à côté de la CARPIMKO ou du régime général si la réforme Delevoye passe (hypothèse redoutable).
Mais cette fois, on unifie les dispositifs. Ceux des fonctionnaires, ceux des salariés du privé, et les nôtres vont tous devenir des PER. Cela correspond bien à l’évolution de la société, où on a des chances de changer de statut plusieurs fois pendant sa carrière. La réforme Delevoye cherche à unifier la retraite obligatoire, la loi Pacte a déjà unifié la retraite facultative. En ce sens, il y a une forme de cohérence. Le problème, c'est que la réforme Delevoye va tellement augmenter les cotisations obligatoires de certains d'entre nous, que le PER restera hors d'atteinte. Et là, il n'y a plus de cohérence du tout. Mais bon, la cohérence gouvernementale n'est pas l'objet de cet article.


La déductibilité de nos cotisations retraite facultatives reste inchangée dans le PER, par rapport au Madelin retraite : 10 % des revenus annuels dans la limite de 8 plafonds annuels de la sécurité sociale (PASS), majoré de 15 % pour la part de revenu comprise entre 1 et 8 PASS. Notez que le PASS est à  40 524 € cette année, et possiblement 41 088 € l’an prochain.

Mais du coup, qu'est-ce qui change ?
Mais le PER se veut plus attractif que le Madelin et le PERP. Plus attractif car plus flexible, moins contraignant. Le Madelin est une prison volontaire. Il faut épargner, une fois qu’on a signé. On n’en sort qu’en prenant sa retraite, en le mettant en réduction… ou en mourant.



Voici quelques assouplissements apportés par la loi Pacte :
  • On peut transférer un PER individuel vers les PER d’entreprises, et vice versa. Ce sera même gratuit au bout de 5 ans. Actuellement, on peut seulement transférer un Madelin vers un PERP, mais pas l’inverse.
  • Les contraintes de versements n’existent plus : en Madelin, on devait verser un minimum et un maximum. C’est fini. Le Trésor l’a écrit dans un courrier au Centre technique des institutions de prévoyance (CTIP).
  • Autre assouplissement : on peut récupérer ses billes pour acheter sa résidence principale ou parce qu’on a un enfant ou un conjoint invalide. C’était complètement impossible avec le Madelin. Les cas de déblocage anticipé étaient très limités, c’étaient par exemple la faillite, ou l’invalidité de l’épargnant.
  • Encore un assouplissement, et c'est celui dont on a le plus parlé : on pourra sortir du PER complètement en capital, soit en une fois, soit en plusieurs fois. La rente n’est plus une obligation. On pourra aussi dire qu’on prend une partie en capital et qu’on se fera verser le reste en rente à partir de 70 ans, par exemple.
Avec tout ça, le gouvernement espère faire passer l’encours de l’épargne retraite des Français de 230 à 300 milliards d’euros d’ici à 2022. 
Un point à savoir : la gestion pilotée est le mode de gestion par défaut du PER. Donc ce sera la compagnie d’assurance ou la banque qui géreront vos placements, avec plus de risques au début (notamment avec des actions) pour espérer doper le rendement, et moins de risques à la fin (notamment avec des obligations et du fonds en euros) ; sauf si vous demandez expressément à gérer vous-même.

On peut transférer son PERP ou son Madelin actuels vers un PER. Jusqu’au 1er octobre 2020, on a le droit d’ouvrir un PER, un PERP ou un Madelin. Après, seul le PER restera commercialisé. Mais on pourra encore transférer son PERP ou son Madelin vers un PER, ou les garder comme ça. Simplement, on ne pourra plus ouvrir un nouveau PERP ou Madelin.
Vous pouvez aussi transférer votre assurance vie classique vers un PER. Et là, l’Etat vous agite une carotte fiscale très spéciale jusqu’au 1er janvier 2023 : l’abattement fiscal est doublé ! Pour ça, il faut que le contrat d’assurance vie ait plus de 8 ans et qu’on soit au moins à 5 ans du départ en retraite.



Alors que faut-il faire ?
Il y a des avantages et des inconvénients dans chaque option. Je vous résume ici ce que j’ai lu et entendu depuis que le PER a été annoncé. Vous avez plusieurs options :
  • Se dépêcher d’ouvrir un PERP ou un Madelin avant le 1/10/20, ou garder celui qu’on a déjà : ça vous maintient dans l’ancien système, avec son côté prison. Le contrat Madelin vous tord le bras en vous obligeant à épargner, mais après tout, c’est pour votre bien. Si vous avez tendance à dépenser dès que vous le pouvez, il peut être sage de vous auto-tordre le bras. C'est aussi le principe de la tontine, dont j'ai parlé ici. Notez aussi que certains contrats actuels vont s'auto-transformer en PER. C'est le cas du Madelin de Swisslife, par exemple.
  • Transférer ses contrats actuels vers un PER : ça vous ouvre les portes vers une liberté indéniable. Évidemment, la liberté de la sortie en capital, c’est bien, mais c'est à double tranchant. Si on en abuse et qu'on mange son capital au lieu de le placer ailleurs, on peut se retrouver fort dépourvu à 85 ans quand il faut financer sa place en EHPAD alors qu’on a dépensé l’argent de son PER depuis des années.
  • Rester à l’écart de tout ça : c’est une autre option. On peut préférer fabriquer son patrimoine avec de l’assurance vie classique, un PEA et/ou de l’immobilier en direct ou en SCPI, par exemple. Je vous ai expliqué tout ça dans ma formation « sécurisez votre avenir ». Évidemment, déduire ses versements, c’est très tentant, surtout si on est dans les tranches d’imposition à 30 ou 41 %. Dans la première tranche, c’est quand même beaucoup moins attirant. Et puis le PER, c’est comme le PERP et le Madelin : des contrats qui peuvent subir des frais de gestion importants. Sur 45 ans de carrière, les frais, ça finit par ronger fortement le rendement de l’épargne. Alors que si vous mettez vous-même une somme par mois sur un tracker indicé sur le MSCI World, vous aurez beaucoup moins de frais, tout en ne gérant rien au quotidien (j'ai expliqué ça ici et ici). Le rendement sera pour vous, et non partagé entre vous et l’assureur. Simple et radical.
A vous de décider...


vendredi 8 novembre 2019

Faut-il acheter l'action Française des jeux ?



Mes premiers souvenirs de privatisation remontent à 1986. A cette époque, la droite cherchait à revendre ce que la gauche avait acheté cinq ans plus tôt. Il y a eu une grande vague de privatisations que j'ai regardé passer avec envie, d'autant que j'étais complètement pour ces privatisations et que j'aurais voulu participer à ce grand élan libéral qui était en train de créer un actionnariat populaire. Mais j'avais 16 ans et mes parents n'étaient pas du genre à offrir des actions à leurs enfants pour les former à la bourse. En même temps, ils n'étaient pas les seuls.




La privatisation de la Française des jeux, c'est donc une sorte de madeleine de Proust, pour moi. D'emblée, je serais plutôt enclin à prendre ce train de privatisation, maintenant que je peux le faire. Mais faut-il manger toutes les madeleines qui passent à portée de main ?

Je ne suis ni gérant de fonds, ni investisseur professionnel, bien sûr. Alors je suis allé prendre les avis des gérants. Je vais partager avec vous ce que j'ai glané. Autant faire circuler les infos, les regrouper et vous les transmettre, si vous vous tâtez sur la Française des jeux.

Évidemment, je pars du principe que vous ne considérez pas que devenir actionnaire revient à se transformer immédiatement en Belzébuth. Je sais que c'est une opinion courante en France, mais si c'est la vôtre, vous pouvez arrêter de lire cet article. D'ailleurs, il y a probablement peu de chances pour que vous ayez commencé et je parle dans le vide !



Alors commençons par les arguments positifs que j'ai glanés.
  • L'Etat fait ce qu'il faut pour nous attirer, avec un système de bonus très intéressant. Une action offerte pour 10 achetées, si ces actions sont conservées 18 mois. 
  • Les Français jouent beaucoup, on ne voit pas pourquoi ils arrêteraient.
  • L'Etat empêchera l'entreprise de faire n'importe quoi parce qu'il gardera une minorité de blocage et parce qu'il continuera à empocher beaucoup de taxes sur les jeux (le jeu, c'est un impôt volontaire qui marche bien, comme le tabac).
  • Même si le cours baisse, la société distribuera beaucoup de dividendes à ses actionnaires : 80 % du résultat net sera distribué dès 2020. C'est beaucoup. C'est en partie dû au fait que c'est une entreprise ancienne, qui n'a pas besoin d'investissements colossaux pour se développer. Et aussi au fait que l'Etat aime percevoir des dividendes des sociétés qu'il détient. Parfois, il les pousse même à emprunter pour lui verser son dividende !
  • Donc au total c'est évidemment un placement moins sûr que le livret A, mais parmi les actions en bourse, ça reste un placement de père de famille. Une valeur de rendement, plus qu'une valeur spéculative.

Le négatif, maintenant.
  • Le cours de l'action peut quand même plonger, on ne sait pas comment la bourse va accueillir cette privatisation. Certaines privatisations ont été des ratages. Si ça arrive, il faudra s'accrocher au dividende et espérer qu'il soit régulier.
  • Les actions américaines sont sur des sommets, elles ont commencé à digérer la crise dès 2009. Les Etats-Unis vivent l'un des cycles économiques les plus longs de leur histoire, donc il est quand même plus probable qu'ils soient plus près de la prochaine récession que de la précédente. Et dès que les USA tousseront, les bourses européennes s'enrhumeront. Est-ce le bon moment pour invertir en bourse, dans ces conditions ?
  • On n'a pas encore le cours d'achat définitif. On n'a qu'une fourchette : 16,50 à 19,90 €. Il faudra en prendre pour 200 € au minimum. Acheter quelque chose sans savoir le prix, c'est un peu aventureux.
  • L'Etat conserve une minorité de blocage : j'ai dit que c'était une sorte de garantie parce que je l'ai lu, mais j'ai aussi lu et entendu que c'était une raison de ne pas acheter. L'Etat est un mauvais actionnaire. Il l'a souvent démontré. C'est logique, puisque c'est aussi un mauvais gestionnaire. Comment faire confiance à l'Etat français en tant que paravent, alors qu'il est l'un des plus mal gérés de l'OCDE ?
  • Espérer gagner de l'argent sur le jeu, c'est peu éthique. 
  • Espérer gagner de l'argent sur un impôt volontaire, c'est encore moins éthique (là c'est une remarque personnelle).
Vous l'aurez compris : je passe mon tour, comme en 1986. Mais pas pour les mêmes raisons. A vous de peser le pour et le contre, maintenant !