Mes formations "Sécurisez votre avenir" et "La compta c'est facile" sont en ligne ! Cliquez ici et ici pour en savoir plus.

mardi 23 septembre 2008

PERP Fillon vs Retraite Madelin


Le 21/08/2003, la loi Fillon a allongé la durée de cotisation des salariés à 40 ans, mais elle a aussi institué le Plan d'Epargne Retraite Populaire (PERP). Cela ressemblait fort à une généralisation à toute la population de nos contrats retraite Madelin, que j'ai évoqués hier. Le principe est en effet très similaire :
  • Les cotisations au PERP sont déductibles de l'impôt sur le revenu, avec un certain plafond.
  • Les sommes investies sont bloquées jusqu'à la retraite.
  • La sortie n'est faisable qu'en rente (pas en capital), soumise à l'impôt sur le revenu. Comme en Madelin, il faut tenter d'estimer si on paiera plus ou moins d'impôt qu'actuellement, quand on sera en retraite. Si c'est plus, mieux vaut souscrire une assurance-vie classique.
  • Cette rente est indexée sur une table de mortalité.
  • On peut placer sur un fonds en euros, mais aussi des SICAV et FCP de tous types (ex : actions françaises, actions de pays émergents, obligations, matières premières). Le tout est d'analyser sa propre aversion au risque.
  • Les sommes placées n'entrent pas dans l'assiette de l'impôt sur la fortune.
On retrouve donc la plupart des avantages et surtout des inconvénients des contrats retraite en loi Madelin. Voyons maintenant ce qui les différencie :
  • Les fonds en euros des contrats Madelin rapportent plus que ceux des PERP, parce qu'ils contiennent des obligations plus anciennes, donc créées à une époque où les taux obligataires étaient plus hauts. Le PERP, plus récent, pâtit des taux bas de ces dernières années.
  • Le PERP oblige le client à sécuriser progressivement les sommes investies : plus on s'approche de la retraite, moins on a le droit d'y posséder des SICAV actions. La part des obligations doit même représenter 90% à 2 ans de la retraite. En Madelin, on est libre de répartir comme on veut.
  • La table de mortalité, appliquée pour calculer la rente, est celle du jour du départ en retraite, pour le PERP. En Madelin, les bons contrats verrouillent la table dès le jour de la signature, comme je le disais hier. On avance plus dans le brouillard, avec un PERP.
  • Le plafond de déduction fiscale est plus haut en Madelin : il reprend celui du PERP (3218 à 25747 € en 2008), en y ajoutant 15% de la fraction du bénéfice comprise entre 1 fois et 8 fois le plafond de la sécurité sociale (vous n'êtes pas obligés d'apprendre cette phrase par coeur pour comprendre la suite de l'article ;-), ce qui peut aller jusqu'à 61560 € en 2008.
  • Le PERP ne force pas le client à verser tous les ans. En Madelin, si on arrête une année, on doit rembourser au fisc les trois dernières années de déductions d'impôts. Très dissuasif.
  • Le PERP se débloque à l'âge légal de la retraite (60 ans pour l'instant) OU à la liquidation du régime de base de la CARPIMKO. Le Madelin : uniquement à la liquidation du régime de base. Si on part en retraite à 65 ans, on peut donc avoir touché la rente de son PERP depuis 5 ans déjà. Pas celle du Madelin.
Faut-il souscrire un PERP, dans ces conditions ? Si c'est pour tout mettre sur un fonds en euros, c'est inutile, les contrats Madelin rapportent plus. Si c'est pour déduire un maximum de ses impôts, on déduit plus en Madelin, puisque les plafonds sont plus hauts. Si c'est pour faire un coup de défiscalisation, juste une année, pourquoi pas, puisqu'on n'est pas obligé de verser tous les ans sur un PERP. Mais la somme placée sera bloquée pour toujours et on n'a aucune idée de la rente qu'elle permettra de recevoir, puisque les tables de mortalité ne peuvent pas être verrouillées lors de la signature du plan.
Si c'est pour soustraire une partie de son patrimoine de l'ISF, on peut néanmoins envisager d'ouvrir un PERP et un contrat Madelin, en allant au plafond du PERP durant certaines années et en mettant le surplus en Madelin, puisque le plafond y est supérieur. Mais combien de paramédicaux sont soumis à l'ISF ? mystère. Peut-être quelques kinés ?

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour,
nouvelle sur le blog et nouvelle dans la profession (démarrage de l'activité en janv 2008) je commence à m'intéresser à toutes ces questions. Je suis actuellement en contrat de collaboration sans volonté d'association puisque je compte partir dans les Antilles pour un an l'année prochaine. Je voudrais savoir ce qui peut être intéressant pour défiscaliser et préparer sa retraite (hormis le PERP) sans possibilité d'investir dans l'immo pour le moment n'étant pas titulaire.

Merci d'avance
Marie